couronne de laurier

RES

couronne de laurier

Grec ancien niveau 3ème : Du mythe à l'histoire, cours n°1



photo_de_l_acropole
photo_de_l_acropole
photo_de_l_acropole
Un lieu où vous avez voix au chapitre... forum fleche_blanche
barre de séparation barre de séparation
image d'une épingle



Introduction ܀



Le grec ancien est une langue dont la grammaire, qui présente quelques difficultés, nécessite d'être assimiler avec patience. Toutefois, un peu de rigueur, un effort de mémorisation et un entrainement régulier permettent rapidement de franchir d'un pas ce qui semblait une montagne au premier abord. Une fois certaines étapes franchies, c'est alors un monde plein de personnages mythologiques abritant en son centre une source d'eau vive dans laquelle sont venus puiser des siècles d'histoire qui s'offre à chacun d'entre nous. Il existe certes de très bonnes traductions qui permettent d'accéder à des textes écrits dans une langue étrangère, mais une traduction, aussi achevée et respectueuse d'un texte soit elle, peut-elle rendre compte de toutes les nuances d'une phrase de l'écrivain Proust ou encore des sonorités et du rythme serpentin d'un vers tel que "Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes" ? Prenons cette fois un exemple relatif à la manière de concevoir un objet du quotidien dans deux langues différentes. En allemand, le mot "Schublade" se traduit en français par "tiroir", or le mot "Schublade" a la même racine que le verbe "schubsen" qui signifie "pousser", ainsi le mot français "tiroir" ne peut traduire l'idée que se fait un Allemand du "tiroir" lorsqu'il prononce le mot "Schublade" ; pour un Allemand, il s'agit d'un objet que l'on pousse et non que l'on tire. Accéder à un texte dans sa langue originale, c'est aussi, par conséquent, accéder à une autre vision du monde, vision qui ne peut qu'être partielle par le biais d'une traduction.

Après cette légère digression sur les difficultés auxquelles se heurte une traduction, tu as certainement envie de me dire : "Et le grec ancien dans tout ça ?"



Intérêt du grec ancien ܀



La grec ancien a cette particularité, et non des moindres, d'avoir été la langue d'un peuple dont la culture européenne, par l'intermédiaire du peuple romain dans une large mesure, est héritière dans de nombreux domaines : la philosophie, la théâtre, la littérature, l'architecture, la morale... Le cinéma, la psychologie, les beaux-arts... s'inspirent des mythes des anciens Grecs. La video du début du cours, qui fait référence à "la mort d'Achille" et est extraite du film Troie (2004), est représentative de la source d'inspiration que représentent encore certaines des premières oeuvres littéraires (parmi celles qui nous sont parvenues) de la Grèce antique et plus largement de l'Antiquité gréco-latine. En effet, tandis que de nombreuses séquences du film revisitent et mettent en images des passages de la première oeuvre de la culture occidentale, l'iliade d'Homère (poème épique grec du VIIIème siècle av. J.-C.), l'extrait présenté, "la mort d'Achille", est chantée par le poète grec Pindare (VIème - Vème siècles av. J.-C.). Quant au fameux "talon" d'Achille, qui a donné lieu à une expression en français, ce détail concernant le point faible d'Achille est mentionné dans une oeuvre latine : l'Achilléide de Stace (fin du Ier siècle ap. J.-C.). Cet extrait fait ainsi référence à différentes sources de l'Antiquité et tout en s'en inspirant, les réinterprète pour toucher un public du XXIème siècle pour lequel les mythes de l'Antiquité demeurent éloquents.

Si ils le sont c'est que les questions relatives à l'Homme qu'ils ont soulevées sont toujours d'actualité et que le modèle de pensée qu'ils véhiculent, qu'on y adhère ou qu'on le réprouve, est l'un des fondements de la culture européenne.

L'apprentissage du grec ancien est une clé dont tu peux facilement t'emparer et qui t'ouvrira la porte des arcanes des lettres grecques : porte ouverte sur leurs délices et leurs musicalités, sur leurs secrets les mieux gardés et qu'une traduction n'est pas toujours en mesure de révéler.

Bienvenue donc dans ce cours et que le plaisir soit avec toi ! 😉



Prononciation du grec ancien ܀



Le grec ancien ne s'est pas toujours écrit avec l'alphabet que tu vas découvrir. Une forme archaïque de grec ancien, le mycénien, s'écrivait avec ce que l'on appelle le linéaire B. Le linéaire B n'est pas un alphabet, mais un syllabaire, c'est-à-dire que chaque signe écrit séparé par un espace correspondait à une syllabe. Pour te donner une idée de ce à quoi ressemblait le linéaire B, voici trois illustrations :

Tablette portant une inscription en linéaire B Tablette portant une inscription en linéaire B Tablette portant une inscription en linéaire B, photo de Gautier Poupeau

Heureusement pour nous, le grec ancien ne s'écrit plus avec le linéaire B... parce que cette écriture a l'air plutôt compliqué ! 🙂

L'alphabet du grec ancien utilisé à présent provient du phénicien (langue mère de l'hébreu) est s'est peu à peu répandu et imposé à partir du VIIIème siècle av. J.-C. Rassure-toi, il n'est pas difficile à retenir et n'est pas non plus difficile à écrire ou à lire. En effet, toutes les lettres se prononcent et une fois que l'on connait la prononciation de chacune d'entre elles et des quelques diphtongues qui existent, on est capable de lire un texte en grec ancien (et sur la voie de comprendre ce qu'on lit).

Examinons donc l'alphabet et la prononciation du grec ancien :

Examinon donc l'alphabet et la prononciation du grec ancien (dans le tableau ci-dessous, la 1ère colonne correspond aux majuscules des lettres grecques, la 2ème aux minuscules, la 3ème aux noms des lettres et la 4ème à leur prononciation) :

Majuscules Minuscules Noms Prononciation
Maj. Min. Noms Pr.
Α α alpha a ou â (bref comme dans "patte" ou long comme dans "pâte")
Β β ou ϐ bêta b
Γ γ gamma g (comme dans "gare")
Δ δ delta d
Ε ε epsilon é
Ζ ζ zêta zd
Η η êta è
Θ θ thêta (voir sous le tableau)
Ι ι iota i (long ou bref)
Κ κ kappa k
Λ λ lambda l
Μ μ mu m
Ν ν nu n
Ξ ξ xi x (comme dans "axe")
Ο ο omicron o (fermé comme dans "mot")
Π π pi p
Ρ ρ rhô r (roulé)
Σ σ ou ς sigma s (comme dans "serpent")
Τ τ tau t (comme dans "table")
Υ υ upsilon u (bref ou long)
Φ φ phi (voir sous le tableau)
Χ χ khi (voir sous le tableau)
Ψ ψ psi ps
Ω ω oméga o (ouvert comme dans "sort")

Quelques remarques sur la prononciation et l'écriture des lettres :

  • La lettre bêta s'écrit β en début de mot et ϐ ailleurs ; tu trouveras néanmoins des éditions de livres qui n'emploient que l'un ou l'autre.
  • La lettre sigma s'écrit σ au début ou au milieu d'un mot et ς à la fin d'un mot.
  • Les lettres θ (thêta) et χ (khi) sont ce que l'on nomme des "aspirées" et se prononcent respectivement t et k mais en émettant un léger souffle.
  • La lettre φ (phi) est aussi une "aspirée" ; il est possible de la prononcer p en émettant un léger souffle, mais il est de coutume de la prononcer comme un f.

Les diphtongues :

  • Il y a en grec ancien 3 diphtongues : αι, ει et οι.
    • αι se prononce comme le mot "ail"
    • ει se prononce comme le "eille" du mot "veille"
    • οι se prononce comme le "oy" du mot anglais "boy"

Les accents, les esprits et les iotas souscrit et adscrit :

  • Il existe en grec ancien 3 accents et 2 esprits (non, les esprits dont il s'agit ne sont pas des fantômes venus de l'au-delà pour te tourmenter les soirs de pleine lune. Il s'agit de signes que l'on place sur les lettres un peu comme les accents). Les accents s'écrivent au-dessus des voyelles et les esprits au-dessus des voyelles et dans certains cas de la consonne ρ.
    • L'accent aigu s'écrit comme en français ; exemple : "έ". Il indique une intonation montante de la voix.
    • L'accent grave s'écrit comme en français ; exemple : "ὸ". Il indique l'absence d'intonation de la voix.
    • L'accent circonflexe ne s'écrit pas comme en français, mais comme la tilde en espagnol ; exemple : "ῶ". Il indique une intonation d'abord montante puis descendante de la voix.
    • L'esprit que l'on appelle l'esprit rude s'écrit comme une petite parenthèse ouvrante au-dessus de la lettre ; exemple : "ἁ". Il indique que la lettre doit être prononcée de manière "aspirée", c'est-à-dire en émettant un léger souffle.
    • L'esprit que l'on appelle l'esprit doux s'écrit comme une petite parenthèse fermante au-dessus de la lettre ; exemple : "ὐ". Il indique l'absence de son "aspiré".
  • les iotas souscrit et adscrit sont des signes placés sous ou à côté d'une lettre et qui indiquent exactement la même chose (certaines maisons d'édition utilisent le iota souscrit d'autres le iota adscrit. Dans les cours de ce site nous n'utiliserons presque que le iota souscrit. Nous verrons quelques textes où le iota adscrit est employé seulement dans les cours de première et de terminale).
    • Le iota souscrit s'écrit comme un petit trait vertical sous une lettre ; exemple : "ῳ". À Athènes, à l'époque classique, on le prononçait de la même façon que le iota dans les diphtongues. Depuis le IIème siècle av. J.-C., il ne se prononce plus. Et dans l'usage scolaire du grec ancien on le prononce pas.
    • Le iota adscrit s'écrit tout simplement comme un iota placé après une lettre ; exemple : "ωι". Dans la mesure où il ne s'agit que d'une autre manière d'écrire le iota souscrit, la remarque faite au sujet du iota souscrit est valable pour le iota adscrit.
    • Un accent, un esprit et un iota souscrit ou adscrit peuvent se combiner ; exemples : " ᾌ " ou " Ἄι ".

La ponctuation en grec ancien

  • En grec ancien le signe ";" équivaut à notre signe "?".
  • En grec ancien le signe "·" équivaut à nos signes ":" ou ";".


L'attique : un dialecte parmi d'autres ܀



Tu possèdes à présent l'alphabet du grec ancien et sais prononcer chacune de ses lettres et chacune de ses diphtongues. C'est déjà un grand pas. Mais lorsque l'on parle de grec ancien de quoi parle-t-on exactement ? Le grec ancien qu'écrivait le poète Pindare, à la fin du VIème siècle av. J.-C. et au début du Vème, n'est pas tout à fait le même que celui qu'écrivait le philosophe Platon, à la fin du Vème siècle av. J.-C. et au début du IVème, et diffère encore de celui qu'utilisaient les Byzantins au Moyen Âge... Le grec enseigné sur ce site est celui des Vème et IVème siècles av. J.-C. Ces siècles correspondent à ce que l'on appelle la période classique de l'Antiquité grecque. Il s'agit du grec que l'on enseigne dans les classes depuis des siècles, parce que c'est la période où le grec ancien a atteint son apogée du point de vue de l'expression littéraire, où la plupart des grands genres littéraires se sont le plus développés, où le développement de l'art a été le plus foisonnant, où les grands modèles de la pensée européenne sont nés.

Cependant, indiquer une période n'est pas encore assez précis. En effet, en cette même période, plusieurs dialectes grecs étaient parlés dans le monde grec, mais tous n'ont pas été aussi productifs que le dialecte appelé l'attique. L'attique correspond au dialecte utilisé dans la région d'Athènes et dans quelques îles de la mer Égée. C'est donc le dialecte attique du grec ancien que tu vas être amené à découvrir en priorité. La carte ci-dessous te montre la répartition des dialectes grecs (les zones roses correspondent à l'attique).

Carte de la répartition des dialectes grecs


En conclusion ܀



Ce cours t'a peut-être paru assez dense. Beaucoup d'infomations t'ont été transmises. Si tu ne parviens pas à tout retenir, ce n'est pas bien grave. Le principal pour que tu puisses avancer est que tu connaisses la prononciation des lettres grecques et celle des diphtongues. Les éléments de civilisation et de linguistique sont facilement mémorisables avec le temps. De plus, on reviendra sur les emplois des accents, des esprits et du iota souscrit dans quelques cours.

Et, par ailleurs, n'oublie pas, si l'on en croit Pythagore, tu as déjà fait la moitié du chemin dans ton apprentissage du grec ancien, car, dit-il, et je le crois, " Ἀρχὴ ἥμισυ παντός ", ce qui signifie "Le commencement est la moitié du tout"...

Je souhaite passer au cours suivant

bouton de lien vers la page facebook
barre de séparation