couronne de laurier

RES

couronne de laurier

Latin niveau 5ème : De la légende à l'histoire, cours n°1



photo_du_forum_de_rome
photo_du_forum_de_rome
photo_du_forum_de_rome
Un lieu où vous avez voix au chapitre... forum fleche_blanche
barre de séparation barre de séparation
barre de séparation



Introduction ܀



Avant de parler de la langue latine et des Romains, rappelons ce qu'est l'Antiquité. L'Antiquité commence avec l'apparition de l'écriture (entre 3500 et 3000 av. J.-C.) et met ainsi fin à la Préhistoire. En Europe occidentale, la date retenue pour indiquer la fin de l'Antiquité est 476 ap. J.-C., date de la chute de l'Empire romain d'occident. En civilisation, pour le thème "De la légende à l'histoire", l'accent sera mis sur la période de la royauté romaine qui s'étend de 753 av. J.-C., date de la fondation de Rome selon la légende, à 509 av. J.-C., date du début de la République romaine. Pour les autres thèmes "Vie privée et vie publique" et "Le monde méditerranéen antique", l'étude s'étendra jusqu'à la fin de la République romaine en 27 av. J.-C. L'étude de la civilisation et celle de la langue seront très vite menées en parallèle. Toutefois, les textes que tu liras dans les premiers cours serviront bien plus à l'étude de la civilisation qu'à l'étude de langue. En effet, il est nécessaire que tu acquiers quelques rudiments de latins avant de pouvoir comprendre les phrases d'un texte ou des parties de phrases.

La langue latine a la réputation d'être une langue difficile ; je n'irai pas jusqu'à dire que c'est une langue facile, mais avec de la rigueur, de l'entrainement et en faisant l'effort d'apprendre une dizaine de mots par semaine, la lecture et la compréhension d'un texte latin sont loin d'être insurmontables et on y parvient au bout de quelques mois ou quelques années en fonction du temps que l'on y consacre. Un élève ayant commencé le latin en 5ème à raison d'une heure par semaine puis à raison de trois heures par semaine en 4ème et en 3ème pourra lire des textes simples en latin et en comprendre le sens général en fin de collège. Le latin est donc tout à fait accessible à qui veut l'apprendre.

Si tu n'as jamais fait de latin, je te recommande évidemment de commencer par les cours de 5ème qui s'adressent à des débutants ; ces cours peuvent aussi servir à faire des révisions pour ceux qui ont déjà fait du latin, mais auraient oublié certaines bases grammaticales. Enfin, les cours de ce site sont progressifs et cumulatifs, il est donc conseillé de lire, comprendre et apprendre chacun des cours avant d'aller au suivant. Les videos font parfois office de supports de cours afin de permettre également une mémorisation visuelle pour certaines notions grammaticales notamment.

Un point mérite encore une attention. Le latin enseigné sur ce site est le latin classique, autrement dit celui que l'on enseigne en collège et lycée ainsi qu'à l'université en priorité lorsqu'on poursuit un cursus "lettres classiques" ou "humanités". Il est qualifié de classique parce que c'est celui qui est enseigné dans les classes depuis plusieurs siècles et il correspond au latin littéraire du Ier siècle av. J.-C. et du Ier siècle ap. J.-C, période de laquelle date une grande partie de ce que l'on considère comme les plus beaux textes de la littérature latine. C'est majoritairement des textes de cette période qui seront présentés dans les cours qui suivent. La connaissance du latin classique est une base pour accéder ensuite aux textes médiévaux latins si l'on veut approfondir et élargir sa connaissance de la langue et de la littérature latines. Quant au latin parlé aux Ier siècles av. et ap. J.-C., puisque langue écrite et langue parlée diffèrent toujours, c'est surtout grâce à des graffitis, semblables à ceux que l'on peut voir dans la vidéo ci-dessus, qu'on en a une petite idée.



Intérêt du latin ܀



L'intérêt du latin ne va pas de soi. En effet, l'intérêt d'une langue vivante et celui d'une langue telle que la langue latine ne sont pas à mettre sur le même plan. Cette dernière est une langue morte, et même si métaphoriquement son sang coule encore dans les veines des langues romanes (français, espagnol, italien...), plus personne ne se met en colère en latin, insulte en latin ou encore exprime ses sentiments en latin...

En partant du fait que le latin est une langue morte, quel peut donc être son intérêt ?

"L'homme qui ne sait pas le latin ressemble à un individu dans une belle contrée par un temps brumeux..." écrit Shopenhauer dans Parerga

En effet, le latin peut, il est vrai, apporter beaucoup de points au brevet ou au baccalauréat pour le collègien ou le lycéen, mais le latin est surtout une manne permettant une meilleure compréhension et lisibilité du monde et de la société dans laquelle nous vivons : que ce soit d'un point de vue architectural, artistique, legislatif, politique ou philosophique nous sommes redevables de l'Antiquité gréco-latine. L'Antiquité gréco-latine est le socle culturel commun à l'Europe occidentale. Or la culture est à l'origine de notre humanité. En latin, le mot "humanitas" signifie non seulement "humanité", mais encore "culture ; civilisation". Ainsi, les mots eux-mêmes "culture et humanité" nous rappellent ce qui fait de nous des êtres humains. Or, étudier le grec ancien et le latin se disait autrefois "faire ses humanités"... Dans une société où prédominent l'immédiateté et la consommation effrénée, prendre du temps pour se réapproprier l'héritage gréco-latin, pour comprendre certains des fondements de notre société et de notre culture n'est certes pas vital, mais apparait comme essentiel. En effet, on peut tout à fait vivre sans rien connaitre de l'Antiquité gréco-latine, tout comme on peut vivre sans avoir jamais lu un livre, sans connaitre une autre langue que celle que l'on parle depuis que l'on est enfant, sans avoir jamais été au théâtre, sans jamais avoir été au cinéma, autrement dit ce qui constitue le pan culturel de notre société, mais bien de la brume se trouve dissipée, dans la "belle contrée" que nous traversons, par la culture, et d'autant plus par la culture gréco-latine qui est le coeur de la nôtre.

Il est remarquable que la citation ci-dessus soit extraite d'un auteur d'expression allemande. La langue allemande n'est pas issue du latin comme l'est par exemple le français, ce qui montre bien que l'intérêt du latin ne se limite pas à la sphère linguistique. Mais évoquons cet aspect du latin.

Le français, tout comme l'espagnol, le portugais, l'italien ou encore le roumain par exemple, est une langue issue du latin. Ainsi, la connaissance du latin permet non seulement d'apprendre avec plus de facilité le français et les langues que je viens de citer, mais encore d'en pénétrer davantage la valeur des mots : d'en mesurer leur poids. Prenons l'exemple de la "compassion" : ce mot vient du latin "compassio", composé du préfixe "cum" devenu "com" qui signifie "avec" et de "passio" qui vient du verbe "patior" qui signifie "souffrir" ; le nom "compassion" signifie donc dans son sens plein et étymologique "souffrir avec" et une "passion" est étymologiquement une "souffrance" sens que l'on retrouve lorsque l'on évoque la Passion du Christ : dernières heures de la vie de Jésus selon la Bible.

Bien entendu, au quotidien, lorsque l'on s'exprime on ne réfléchit pas à chaque instant à l'étymologie de chacun des mots que l'on emploie lors d'une conversation, mais bien des gens comme les écrivains, les philosophes ou les artistes (parfois aussi quelques hommes politiques... qui aiment jouer avec et sur les mots) emploient les mots qu'ils prononcent avec leur sens étymologique, ce qui rend les mots qu'ils prononcent ou écrivent bien plus forts et pénétrants. Pour ces premières raisons, force est de constater que la connaissance du latin offre la possibilité d'être "dans un belle contrée" en étant un peu plus éclairé. Mais ce n'est pas tout...

Apprendre une langue, c'est aussi apprendre à voir le monde autrement et donc s'ouvrir à l'autre, à ce qui nous est étranger. Si l'apprentissage de n'importe quelle langue étrangère offre un voyage vers des contrées inconnues (que l'on peut parcourir sans être alors gêné par la brume) et élargit, voire transforme, notre vision du monde, l'apprentissage du latin offre en plus un voyage dans le temps, ce qui, de ce point de vue, rend la connaissance du latin, doublement enrichissante. De ce voyage, tandis que chancun en tirera son propre trésor, tous, collégiens, lycéens, étudiants, autodidactes... en reviendront enrichis et changés.



Prononciation du latin ܀



En latin, ce n'est pas compliqué, toutes les lettres se prononcent et presque toutes se prononcent comme en français ; de plus, il n'y a pas d'accent...Eh oui, c'est bien de la chance ! 😉

Les Romains ont emprunté leur alphabet aux Étrusques qui l'ont eux-mêmes emprunté aux Grecs qui l'ont eux-mêmes emprunté aux Phéniciens... toute une histoire !

Voyons alors de plus près, et de façon simple, les quelques différences qui existent entre la prononciation des lettres en français et en latin. Les lettres non mentionnées ci-dessous se prononcent comme en français.

-le "c" se prononce toujours comme la lettre "k"

-le "e" se prononce toujours "é" ou "è"

-le "g" se prononce toujours comme dans le mot "goût" et "gi" se prononce "gui", "ge"se prononce "gué"...

-le "h" ne se prononce pas sauf lorsqu'il est précédé de la lettre "p" ; "ph" se prononce alors "f"

-le "q" se prononce comme le c de "coucou" et "qui" se prononce donc "coui", "que" se prononce "coué"...

-le "r" peut être roulé comme en espagnol ou en italien

-le "s" se prononce toujours comme le "s" de "signature"

-le "u" se prononce toujours "ou" et "qui" se prononce donc "coui"

-le "y" se prononce toujours "u"

-il n'y a pas de "w" en latin

-le "x" se prononce toujours comme dans "extérieur"

-les lettres "j" et "v", qui n'existaient pas à l'époque où les Romains vivaient, mais ont été ajoutées au Moyen Âge pour faciliter la lecture, je te recommande de les prononcer respectivement comme le "i" donc "i" tout simplement et comme "u" donc "ou"

Enfin, puisqu'en latin, comme nous l'avons dit plus haut, toutes les lettres se prononcent, "au, eu, ae, oe" se prononceront respectivement toujours "aou, éou, aé, oé" ; "gn" se prononcera toujours comme dans "agnostique" (autrement dit en séparant bien la prononciation du "g" de celle du "n") et jamais comme dans "agneau" ; le "t" d'un nom tel que "lectio" doit toujours se prononcer comme le "t" de "tonton" ; "em, en, am, an, im, in, om, on, um" doivent respectivement se prononcer "èm, èn..." sans nasalisation.



Quelques expressions du quotidien ܀



Si tu as visionné le générique de la série Rome, tu as pu remarquer que certains graffitis apparaissent sur des murs. Cela est tout à fait réaliste, car le latin n'est pas seulement la langue dans laquelle sont écrits des textes documentaires, philosophiques ou littéraires, mais était aussi la langue que parlait au quotidien un peuple qui vivait tout comme nous vivons : les Romains se disputaient, s'insultaient, partageaient certaines valeurs, s'aimaient, se rencontraient pour discuter ou manger ensemble, dessinaient des graffitis sur des murs pour exprimer leur mécontentement ou leur amour...

Voici donc, pour te mettre en train, quelques expressions que tu aurais été amené à utiliser presque tous les jours si tu avais été un (élève) Romain ou une (élève) Romaine :

Français Latin
Bonjour Ave
Au revoir Vale / valete
Je m'appelle... vocor
J'ai 10, 11, 12, 13, 14, 15 ans Decem, undecim, duodecim, tredecim, quattuordecim, quindecim natus (pour un garçon) / nata (pour une fille) sum
Je suis né / née à... Natus / nata sum...
Je suis un garçon / une fille Puer / puella sum
Je suis fils unique / fille unique Filius unicus / filia unica sum
J'habite à... Habito...
J'ai un frère, une soeur ; j'ai deux frères, deux soeurs, trois frères... Mihi est frater, soror ; mihi sunt duo fratres, duae sorores, tres fratres...
J'ai un chien, un chat, une tortue, un âne, un cheval ; j'ai des chiens, des chats, des vaches, des poules, des cochons, des oiseaux, des poissons, des abeilles... Mihi est canis, feles, testudo, asinus, equus ; mihi sunt canis, feles, boves, gallinae, porci, aves, pisces, apes...
Je suis un élève de 3ème, 4ème, 5ème Discipulus (pour un garçon) / discipula (pour une fille) tertiae classis, quartae classis, quintae classis
J'étudie :
  • le latin
  • le français
  • l'anglais
  • l'espagnol
  • l'allemand
  • l'histoire
  • la géographie
  • l'ins. civique
  • la biologie
  • la physique
  • les maths
  • les arts plastiques
  • la musique
  • la danse
  • la techno.
Studeo :
  • latinae linguae
  • gallicae linguae
  • britannicae linguae
  • hispanicae linguae
  • germanicae linguae
  • historiis
  • geographiae
  • educationi civili
  • quaestionibus naturalibus
  • physicae
  • mathematicae
  • artibus
  • musicae
  • saltiatoni
  • artibus
Oui Hoc est ; ita ; sic
Non Minime
Je comprends Intellego
Je ne comprends pas ; je ne comprends rien Non intellego ; nihil intellego
Que signifie cela ? Quid hoc ?
J'ai oublié mon livre Librum oblitus (pour un garçon) / oblita (pour une fille) sum
J'ai oublié mon cahier Libellum oblitus (pour un garçon) / oblita (pour une fille) sum
Je n'ai pas fait mon travail Opus non feci
J'ai besoin de sortir Mihi necesse est exire
Je suis paresseux(-se) Piger / pigra sum
Je suis travailleur(-se) Impiger / impigra sum
Je n'aime pas travailler Laborare mihi non placet
Je préfère jouer Ludere malo
Prenez vos livres Libros (vestros) capite
Quelle page ? Quanta pagina ?
Le professeur, monsieur, madame, mademoiselle Magister, domine, domina, dominella
Comment t'appelles-tu ? Quis vocaris ? // Quid est tibi nomen ?
Comment vas-tu ? / allez-vous ? Ut vales/valete ? // Quid agis/agitis ?
Je vais bien ; je ne vais pas bien ; je vais mieux Valeo ; non valeo ; melius valeo
S'il te / vous plait Si tibi placet
Merci Gratias
Excuse-moi ; excusez-moi (s'il y a plusieurs personnes) Ignosce mihi ; ignoscete mihi
J'ai faim Esurio
J'ai soif Sitio
Moi aussi Ego quoque
Je suis fatigué(-e) Defetiscor
Je suis malade Aeger (pour un garçon) / aegra(pour une fille) sum
Je me soigne Curo
Je me repose Quiesco
Je suis guéri(-e) Convalesco
J'ai mal à la tête Mihi caput dolet
J'ai mal au ventre Mihi venter dolet
J'ai mal aux pieds Mihi pedes dolent
Bonnes vacances Bonas ferias
Bonne année Laetum annum
Bonne anniversaire Felicem natalem (diem)
Bonne fête Laetum festum diem
Bon courage Macte animo
Quel temps fait-il ? Quid de statu caeli ?
Il pleut Pluit
Il neige Ningit
Il fait soleil Sol lucet
Il y a des nuages dans le ciel Sunt nubes in caelo
Il vente Ventus flat
Il tonne Tonat
Quel jour sommes-nous ? Quies est dies ?
Nous sommes :
  • lundi
  • mardi
  • mercredi
  • jeudi
  • vendredi
  • samedi
  • dimanche
Est :
  • Lunae dies
  • Martis dies
  • Mercurii dies
  • Jovis dies
  • Veneris dies
  • Saturni dies
  • dies dominicus
Hier, aujourd'hui, demain Heri, hodie, cras
Le jour, la nuit Die, nocte
Le matin Mane
À midi Meridie
Le soir Vespere
Où ? Ubi ?
Quand ? Quando ?
Comment ? Pourquoi ? Quomodo ? Quare ?


Bonus... à n'employer qu'avec modération 😁 !



Français Latin
Tu es un vrai couillon Sane coelus es
Va te faire foutre Abi pedicatum
Tu es une charogne Tu mortus es
Va te faire crucifier In cruce figaris
Enfoiré Irrumator

Je souhaite passer au cours suivant

bouton de lien vers la page facebook
barre de séparation