couronne de laurier

RES

couronne de laurier

Latin niveau 5ème : De la légende à l'histoire, cours n°5



photo_du_forum_de_rome
photo_du_forum_de_rome
photo_du_forum_de_rome
Un lieu où vous avez voix au chapitre... forum fleche_blanche
barre de séparation barre de séparation
sablier
image d'une épingle



Introduction ܀



Dans les trois prochains cours, nous suivront le parcours d'Énée de Troie jusqu'au Latium en Italie. C'est à travers trois textes extraits de l'Énéide de Virgile que nous accompagneront le héros Énée tout au long de son odysséeLe mot "odyssée" désigne un long voyage sur mer. C'est à l'origine le titre de la deuxième plus ancienne oeuvre littéraire de l'Europe occidentale. On attribue cette oeuvre à Homère. Elle raconte entre autres les voyages sur mer d'Ulysse, héros grec.. En découvrant peu à peu certaines des aventures du protagoniste de l'Énéide, nous glanerons çà et là des informations pour pouvoir répondre, à la fin du troisième cours, à la question suivante : "Pourquoi Virgile, auteur latin, a-t-il choisi Énée, un troyen, comme héros de son épopéeUne épopée est un long poème qui raconte les actions mémorables d'un héros, d'un peuple ou d'une nation. Il s'agit souvent d'actions guerrières. ?" Cette question sera le fil conducteur, la problématique, des trois cours à venir. Dans ces trois cours, nous continuerons parallèlement à enrichir notre vocabulaire et continuerons à mener notre étude grammaticale de la langue : suite de la conjugaison du présent de l'indicatif voix active, la conjugaison du parfait de l'indicatif voix active, la deuxième déclinaison et les adjectifs de la première classe. Fait nouveau, dans chaque cours, une partie sera consacrée à l'analyse stylistique. La partie analyse stylistique n'est pas à connaitre, en revanche, elle permettra d'affiner ta lecture des textes littéraires, qu'ils soient en latin, en français ou dans une autre langue. Enfin, tu rencontreras désormais au fil des cours quelques mots français que j'ai surlignés en gris comme je l'ai fait pour le mot "odyssée" ci-dessus. Il s'agit de mots qui sont un peu compliqués ou dont l'origine présente un certain intérêt. Il te suffira de passer le curseur de la souris sur le mot pour en connaitre la définition ou l'étymologie.



Épisode de l'Énéide ܀



Peut-être ne connais-tu pas les origines de la guerre de Troie et peut-être aussi que tu ne sais pas ce qu'est la guerre de Trois. Faisons donc un petit résumé des origines de la guerre de Troie.

Vers 1200 av. J.-C., il y a donc environ 3200 ans, alors qu'un jeune et beau berger du nom de Pâris se trouvait sur le mont Ida en Grèce, le messager des dieux, Hermès, vint à sa rencontre. Hermès était accompagné de trois déesses : Héra, Aphrodite et Athéna. Elles voulaient savoir laquelle d'entre elles était la plus belle. Hermès remit à Pâris une pomme sur laquelle était inscrit : "À la plus belle". Il revint alors à Pâris de faire un choix entre les trois déesses. Il la remit à Aphrodite. Celle-ci le remercia en lui promettant l'amour de la femme qu'il désirera. Plus tard, tandis qu'il se trouve à Sparte, Pâris seduit la reine de Sparte, Hélène, et la convainc de s'enfuir avec lui à Troie. Ménélas, roi de Sparte, décide en conséquence de partir en guerre contre Troie afin de ramener son épouse à Sparte. Il rassemble une armée d'Achéens (= des grecs) à la tête de laquelle se trouve le roi de Mycènes, Agamemnon, frère de Ménélas et l'envoie à Troie. La guerre éclate. Après de nombreuses années, les Troyens sont vaincus et Énée, guerrier troyen, fuit Troie avec quelques compagnons, son père Anchise et son fils Iule (appelé aussi Ascagne). La première femme d'Énée, Créuse, fille du roi de Troie, Priam, meurt quant à elle tuée avant de pouvoir fuir Troie.

L'Énéide de Virgile

Chant II, vers 288-295

Dans l'Antiquité, il n'est pas rare qu'un fantôme visite en songe un vivant pour le prévenir d'un danger ou lui faire connaitre l'avenir. Dans le texte qui suit, le fantôme d'Hector, prince Troyen, mort au cours d'un combat contre Achille, apparait en songe à Énée pour le prévenir des dangers qu'encourt la ville de Troie. C'est cet avertissement d'Hector qui motive le départ d'Énée.

Heu fuge, nate dea, teque his, ait, eripe flammis.

Hostis habet muros ; ruit alto a culmine Troia.

Sat patriae Priamoque datum : si Pergama dextra

defendi possent, etiam hac defensa fuissent.

Sacra suosque tibi commendat Troia penatis :

hos cape fatorum comites, his moenia quaere

magna, pererrato statues quae denique ponto.

La traduction qui suit contient des trous qui correspondent aux mots soulignés dans le texte latin. Essaie de les remplir. Il s'agit soit de mots transparents soit de mots de la première déclinaison que tu connais déjà.

Traduction

Hélas, , fils de ; arrache-toi à ces . L'ennemi tient les ; de toute sa hauteur s'effondre. On a assez donné à la et à Priam : si Pergame par un bras pouvait être défendue, le mien assurément l'aurait défendue. te confie ses objets sacrés et ses : prends-les, qu'ils accompagnent ton destin ; cherche-leur de hauts remparts, que tu dresseras finalement, après tes errances sur la mer.



J'espère que tu as trouvé quelques mots et que l'exercice n'était pas trop difficile.

Dans tous les cas, maintenant que tu as connaissance de la traduction, tu peux remarquer que de nombreux mots permettent de deviner un petit peu de quoi parle le texte. Nous avons par exemple les mots "Troia", "flammis", "Priamo(que)", "hostis" (qui a donné le mot "hostile" en français), "penatis" (un mot que tu as peut-être appris très récemment si tu as fait une petite recherche sur les tableaux du cours précédent)... Or on sait que Troie a été détruite par les flammes, qu'Énée a emporté ses pénates et que dans le cadre d'une guerre il y a des personnes hostiles les unes envers les autres ; d'après toutes ces informations, il n'était pas si difficile d'en conclure que le texte parlait sans doute de la prise de Troie.

Ainsi, tu te rends déjà un peu compte que comprendre un texte, n'est pas forcément en comprendre tous les mots, mais comprendre les liens qui s'établissent entre eux pour produire du sens. Et si cela est vrai alors que seuls 5 à 10 mots du texte t'étaient connus ou familier, tu peux imaginer que plus te connaitra de mots latins, même si tu ne maitrises pas toute la grammaire, plus facilement tu seras capable de dire de quoi parle un texte.



Analyse stylistique ܀



Toute la partie consacrée à l'analyse stylistique, dans ce cours aussi bien que dans ceux qui suivront, n'a été rédigée qu'à titre informatif, elle n'est pas à retenir et tu peux la passer et aller directement à la partie "Conjugaison" si tu préfères continuer tout de suite ton apprentissage de la langue. Cette partie "Analyse stylistique" vise à te sensibiliser à l'aspect littéraire des textes et à exercer la lecture interprétative.

Lorsqu'un auteur entreprend la rédaction d'une oeuvre littéraire en latin, en français ou dans n'importe quelle autre langue, il effectue un choix : choix d'un mot entre plusieurs synonymes, choix de la tournure de la phrase, choix de phrases longues ou courtes, choix de certains mots en fonction de leurs sonorités... Bref, tout un tas de choix qui fait le style d'un auteur. Si un auteur décide d'écrire par exemple : "Ce chevalier est grand comme une girafe", on dit qu'il fait une "comparaison" grâce au mot "comme" ; s'il décide plutôt d'écrire : "Ce chevalier est une girafe", on dit qu'il fait une "métaphore"Une métaphore est une comparaison dont on a supprimé le terme comparatif. Dans l'exemple donné, il s'agit du mot "comme".. Une "comparaison" ou une "métaphore" sont ce que l'on appelle des figures de style et il y en a beaucoup d'autres.

La figure de style que nous allons voir s'appelle l'hendiadys. Le mot hendiadys vient du grec ancien et signifie : "un en deux" (c'est tout le contraire des lessives qui proposent souvent des packs "deux en un" : lessive + adoucissant... C'était la blague du jour...)

L’hendiadyn ou hendiadys ou hendiadyoïn (n.m., du grec ἓν διὰ δυοῖν / hèn dià duoîn, « un en deux ») est une figure de rhétorique qui consiste à remplacer la subordination ou la détermination qui solidarise deux mots, par une relation de coordination ou toute autre dissociation syntaxique. Il se rencontre le plus souvent avec le remplacement de deux mots inclusifs, ou d’un substantif et son épithète, par deux substantifs coordonnés. 😵

Cette définition de l'hendiadys vient de Wikipédia... J'espère que tu n'as pas eu la nausée en la lisant... et que tu comprends mieux pourquoi il ne faut pas toujours aller chercher toutes les informations sur Wikipédia (très bel outil par ailleurs).

Dans tous les cas, pour comprendre ce qu'est l'hendiadys, mieux vaut passer par un exemple. Lorsque Virgile, au début de l'Énéide, écrit :

"Je chante les faits d'armes et le héros"

pour dire :

"Je chante les faits d'armes du héros"

Le poète utilise un hendiadys.

Cependant, pour ceux qui souhaitent avoir une définition simple de l'hendiadys, voici comment on pourrait la définir :

"L'hendiadys consiste à remplacer un nom suivi d'une proposition relative, d'un adjectif, d'un complément ou d'une proposition subordonnée par deux noms liés par la conjonction de coordination "et" la pluplart du temps"

L'hendiadys était très utilisé dans la littérature latine. Elle l'est un peu moins dans la littérature français. La souplesse de la langue latine permet davantage l'emploi de cette figure de style que la langue.


En effet, l'hendiadys est bien dans le vers indiqué ci-dessus. Au lieu d'écrire "Troie te confie ses objets sacrés et ses pénates", Virgile aurait pu écrire "Troie te confie ses pénates qui sont des objets sacrés".

Mais pourquoi Virgile a-t-il employé cette figure de style dans ce vers ? Car il est bien beau de repérer une figure de style et de savoir lui donner un nom, mais il est encore bien plus beau de s'interroger sur ce que la figure de style apporte au sens, autrement dit sur ce que la forme apporte au fond.

Pour commenter un texte ou un passage d'un texte, il faut faire preuve d'imagination tout en restant fidèle à l'esprit du texte afin d'éviter les contresens.

Dans le vers qui nous intéresse, nous constatons que les deux termes de l'hendiadys se trouvent aux deux extrémités du vers. Ils sont ainsi mis évidence. Par ailleurs, le verbe d'action "commendat" (= confier) occupe une place centrale. Le vers est donc composé de manière pyramidale : "Sacra" et "penatis" formeraient la base de la pyramide, tandis que "commendat" en serait le sommet. En outre, la place de "tibi" et de "Troia", de part et d'autre du verbe, de manière symétrique, invite à assimiler "Troie" à "Énée". Ainsi, Énée n'est plus seulement le simple exécutant d'une mission qu'on lui a confiée, mais incarne implicitement "Troie". Là où Énée se fixera, une nouvelle Troie se fixera, et même si Énée n'est pas à proprement parler le fondateur de la nouvelle Troie qu'est Rome, il préfigure la fondation de Rome et incarne les valeurs sur lesquelles se fondera Rome : notamment la piétéLe mot "piété" désigne l'attachement aux devoirs et aux pratiques religieux. Dans l'Antiquité, le sens de "piété" s'étend aux devoirs envers les anciens et au respect de ces derniers.. En effet, non seulement Énée va obéir à la voix d'Hector, or le respect des anciens est dans l'Antiquité une marque de "piété", mais il va également emporter les "pénates" qui sont des "objets sacrés" ce qui est aussi une marque de "piété", sens qui se rapproche de celui que l'on donne de nos jours au mot "piété". En conséquence, de même que les termes "pénates" et "objets sacrés" forment la base du vers, la "piété", sous-entendue par "pénates" et "objets sacrés", est la valeur qui sert de base au personnage d'Énée, la valeur qui le meut, la valeur qu'il cultive, et comme, nous l'avons déjà dit, Énée représente la future Rome de manière figurée, cela laisse entendre que Rome a pour fondations profondes la "piété". Que Rome ait pour base la "piété" est loin d'être anodin, car cela suppose que Rome sait se concilier les dieux et obtenir leur protection. L'idée véhiculée est donc que Rome est protégée par les dieux et que l'étendue de son empire est voulue par les dieux : un ennemi qui voudrait s'opposer à la tutelle de Rome s'attirerait la colère des dieux, ce qui est plutôt dissuasif et justifie l'expansion de l'empire romain au Ier siècle de notre ère.

Nous pouvons faire une autre remarque sur le vers "Hostis habet muros ; ruit alto a culmine Troia". Il existe en poésie quelques règles et le latin possédant des voyelles longues et d'autres brèves, l'agencement des longues et des brèves dans un vers confère un rythme à ce dernier. L'agencement des longues et des brèves suivent des règles bien particulières ; ainsi, de même qu'il existe en poésie français plusieurs types de vers (alexandrin, octosyllabe...), il existe en latin un certains nombres de types de vers. L'étude des vers latins ne sera étudié qu'à partir de la 3ème ; nous ne commenterons pas donc le rythme des vers. En revanche, nous aborderons une règle de diction poétique très simple à comprendre qui s'appelle l'"élison". L'"élision" est la chute d'une voyelle en début de mot lorsque la fin du mot précédent se termine par une voyelle. Le vers donc "Hostis habet muros ; ruit alto a culmine Troia" doit se prononcer "Hostis habet muros ; ruit alt'a culmine Troia". Dans ce vers-ci l'élision, la chute de la voyelle "a", simule la chute de Troie et permet pour ainsi dire de visualialiser son effondrement.



Conjugaison : indicatif présent voix active ܀



Si tu maitrise l'indicatif présent voix active des deux premières conjugaisons, tu peux alors découvrir commnent se conjuguent les verbes de la 3ème conjugaison (lego, -is, -ere, legi, lectum qui est le verbe "lire"), de la 3ème mixte (capio, -is, -ere, cepi, ceptum qui est le verbe "prendre") et de la 4ème (audio, -is, -ire, -ivi, -itum qui est le verbe "entendre").

Indicatif présent voix active : 3ème, 3ème mixte et 4ème conjugaisons :


lego, -is, -ere, legi, lectum
1ère sg. lego
2ème sg. legis
3ème sg. legit
1ère pl. legimus
2ème pl. legitis
3ème pl. legunt
capio, -is, -ere, cepi, captum
1ère sg. capio
2ème sg. capis
3ème sg. capit
1ère pl. capimus
2ème pl. capitis
3ème pl. capiunt
audio, -is, -ire, -ivi, -itum
1ère sg. audio
2ème sg. audis
3ème sg. audit
1ère pl. audimus
2ème pl. auditis
3ème pl. audiunt


iacio, -is, -ere, ieci, iactum
1ère sg.
2ème sg.
3ème sg.
1ère pl.
2ème pl.
3ème pl.
sentio, -is, -ire, sensi, sensum
1ère sg.
2ème sg.
3ème sg.
1ère pl.
2ème pl.
3ème pl.
fluo, -is, -ere, fluxi, fluxum
1ère sg.
2ème sg.
3ème sg.
1ère pl.
2ème pl.
3ème pl.

iacio, -is, -ere, ieci, iactum
1ère sg. iacio
2ème sg. iacis
3ème sg. iacit
1ère pl. iacimus
2ème pl. iacitis
3ème pl. iaciunt
sentio, -is, -ire, sensi, sensum
1ère sg. sentio
2ème sg. sentis
3ème sg. sentit
1ère pl. sentimus
2ème pl. sentitis
3ème pl. sentiunt
fluo, -is, -ere, fluxi, fluxum
1ère sg. fluo
2ème sg. fluis
3ème sg. fluit
1ère pl. fluimus
2ème pl. fluitis
3ème pl. fluunt

Pour conjuguer correctement ces verbes, il fallait d'abord savoir à quelle conjugaison rattacher chacun des verbes. Le verbe "iacio" appartient à la conjugaison dite la troisième mixte. Il se conjugue donc sur le modèle de "capio". Le verbe "sentio" appartient à la 4ème conjugaison. Il se conjugue donc sur le modèle de "audio". Le verbe "fluo" appartient à la troisième conjugaison. Il se conjugue donc sur le modèle de "lego". Ensuite, il fallait se fonder sur le radical du 1er temps primitif de chacum d'entre eux ; respectivement "iac", "sent" et "flu". Une fois le radical trouvé, il suffisait enfin d'ajouter les terminaisons qui conviennent (indiquées en rouge).




Vocabulaire à connaitre ܀



Six nouveaux verbes

Français Latin
choisir deligo, -is, -ere, -legi, -lectum
dire dico, -is, -ere, dixi, dictum
recevoir accipio, -is, -ere, -cepi, -ceptum
faire facio, -is, -ere, feci, factum
venir venio, -is, -ire, veni, ventum
venir en aide subvenio, -is, -ire, -veni, -ventum

Je souhaite passer au cours suivant

bouton de lien vers la page facebook
barre de séparation